#1 / La Fabrique Nomade :  » Le pouvoir de la reconnaissance « 

#1- Inès Mesmar – La Fabrique Nomade :  » Le pouvoir de la reconnaissance « 

DESCRIPTION

Dans ce tout premier épisode, je suis très heureuse de faire la rencontre d’Inès Mesmar. Tout est partie d’une histoire familiale. « Celle de ma mère, raconte Inès Mesmar, fondatrice de la Fabrique nomade. En 2015, j’ai trouvé des broderies dans son armoire. C’est seulement à 35 ans que j’ai découvert qu’avant de s’installer en France où elle était mère au foyer, ma mère était brodeuse en Tunisie. Un métier dont elle n’avait jamais parlé à ses enfants ». La même année correspond au pic de la crise migratoire. « Face à l’afflux de réfugiés et aux campements que je voyais chaque jour, j’ai eu l’intuition qu’il y avait des artisans qui comme ma mère, avaient renoncé à leur savoir-faire ».  Inès Mesmar, ethnologue de formation, se lance alors dans la création de la Fabrique nomade, une association qui  œuvre à valoriser et favoriser l’insertion professionnelle des artisans réfugiés et migrants. 

Dans cet épisode, elle se confie donc sur son histoire d’enfant d’immigrés et plus particulièrement sur ce renoncement identitaire que connaissent une grande majorité des réfugiés. Nous avons également évoqué l’histoire de sa maman & les changements opérés dans leurs vies depuis l’existence de la fabrique Nomade. Cet épisode m’a fait prendre conscience de l’importance de la reconnaissance humaine quant à la bonne insertion de chacun dans notre société. 

Je ne vous en dis pas plus, mais sachez que si vous souhaitez en savoir plus sur la Fabrique nomade et découvrir des lectures & toutes autres références en lien avec l’épisode, il vous suffit de vous rendre sur le site lesinvisibles.co. Place à l’épisode, je vous souhaite une très bonne écoute et n’hésitez pas à me faire des feedbacks. 

La Fabrique Nomade

https://lafabriquenomade.com/wp-content/uploads/2018/01/Img-Bakary-artisan-Site-1600x600.jpg

La migration est un long chemin de déroute. A chaque traversée, c’est une partie de soi, que les réfugiés laissent derrière eux.  Si ces hommes et femmes ont fait le difficile «choix» de quitter leur pays, ils n’ont pas choisi de perdre ce qu’ils sont.

Animée par le désir de construire une société plus juste et durable, La fabrique NOMADE œuvre à valoriser et favoriser l’insertion professionnelle des artisans réfugiés et migrants.

Découvrir l’association

Pour Aller plus loin

Site internet de la Fabrique Nomade : https://lafabriquenomade.com

Autres interview d’inès Mesmar

à écouter : 

A lire:

A regarder :

Autres ressources: 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *